Création

L’idée de créer un réseau francophone a vu le jour dans le cadre de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Francophonie que la Suisse a organisé à Montreux en octobre 2010. Créé à l’initiative de l’EPFL et avec le soutien officiel des autorités suisses, le RESCIF comprend 14 universités francophones issues de 11 pays différents d’Afrique, Amérique, Asie, Europe et Moyen-Orient, et est centré sur trois thèmes essentiels pour l’avenir: l’eau, l’énergie et la nutrition.

Objectifs

Le rescif ambitionne à anticiper et préparer la nouvelle vague de pays émergents et d’universités émergentes. L’action du rescif doit permettre de former dans ces établissements de jeunes ingénieurs aux technologies les plus avancées et d’y développer des recherches utiles au développement de ces pays.

Le but est de promouvoir des programmes scientifiques communs, notamment dans les domaines de l’eau, de la nutrition et de l’énergie. Des secteurs cruciaux, plus spécialement pour certains pays du sud, soumis à des conditions climatiques et à des problèmes de sécurité alimentaire extrêmement difficiles.

Le rescif travaillera en partenariat avec l’agence universitaire de la francophonie (auf) et développera avec elle un guide des bonnes pratiques en matière de partenariats technologiques destiné à l’ensemble des universités émergentes de la francophonie.

S’y ajoutera une action commune à tous les membres du rescif en faveur d’haïti (par un soutien conjoint à la reconstruction institutionnelle, scientifique et pédagogique de l’université d’etat et de l’université quisqueya de port au prince, également membres du réseau).

Le RESCIF en 3 dates
2011 - 2013

section en construction

2013 - 2015

section en construction

2015 - 2017

section en construction

Fonctionnement

L’objectif du RESCIF est de mettre sur pied un consortium s’appuyant sur l’excellence scientifique des institutions, leurs compétences technologiques de pointe et l’association d’industriels innovants. Le financement et la gestion du réseau seront assurés par les universités participantes en partenariat avec les gouvernements et les acteurs privés intéressés.

Statuts

section en construction